Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ma.france.overblog.com

Reflexions sur l'actualité politique Française. UA-37856833-1

Publié le par Jipp
Publié dans : #manifestation mobilisation
Les champs Elysées ou rien.

Un coup de gueule d’Éric Martin*

Ras-le-bol de cette Préfecture de Police aux ordres du Gouvernement qui annonce aujourd’hui, que « pour des raisons tenant à la préservation de l’ordre public » (l’argument tarte à la crème qui ne veut rien dire, d’autant plus déplacé que ce n’est pas le NPA mais des Français bien élevés qui manifestent le 24…), la Manif pour Tous ne pourra pas « emprunter un itinéraire passant par les Champs-Élysées ».

La Préfecture de Police montre les muscles, elle joue la bonne princesse en rappelant dans son communiqué qu’elle reste « ouverte au dialogue ». En fait, elle inverse les rôles. Si elle ne veut pas que tout finisse beaucoup plus mal que nous l’aurions tous souhaité initialement, elle va devoir nous laisser manifester sur les Champs-Élysées.

Car, même face à « seulement » 350 000 personnes, elle ne peut rien. Strictement rien. Et comme cette Méga-Manif pour Tous devrait rassembler beaucoup plus de monde (le nombre de TGV réservés atteint les 10 contre 5 pour le 13 janvier…), la Préfecture va devoir se rappeler qu’en France, c’est le peuple qui décide, pas la police ni le Gouvernement.

Que ceux-ci n’existent et n’agissent que parce que nous le voulons bien et avec notre argent. À un million, il n’y a pas besoin de lancer des pavés pour avancer, forces de l’ordre devant ou pas.

Alors, le 24, je manifesterai pacifiquement. Car les amoureux des libertés (dont celle de circulation) sont pacifiques.

Mais attention, ils ne se laisseront pas agresser, par quiconque. Les amoureux des libertés dont je suis considèrent qu’ils disposent d’un droit à l’autodéfense quelle que soit la menace ou son auteur et que l’État n’est JAMAIS légitime à le restreindre.

Le 24, donc, je manifesterai. Sur les Champs, pas ailleurs. Et je prendrai ma tente, des fois que la fête se prolongerait.

Les choses doivent être claires : je n’accepterai jamais la dénaturation du mariage par l’État, ne serait-ce que parce que le mariage ne lui appartient pas – il n’a pas attendu l’État pour exister - et quelques heures au commissariat (je rigole rien qu’en pensant au million d’interpellations que devrait réaliser la Préfecture, pour rester dans sa logique stupide), une garde à vue ou une amende sont bien peu de choses à côté de ce que je suis prêt à endurer pour défendre le mariage.

Pas vous ? D’ailleurs, s’il persiste à vouloir gazer et rafler des personnes âgées et des enfants devant les caméras, le Gouvernement ne tiendra pas la journée. Ce serait la cerise sur le gâteau, vous ne trouvez pas ? Alors, le 24, tous sur les Champs !

*Éric Martin est le rédacteur en chef des Nouvelles de France.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog